Traumatisme crânien : un gran-d-tour imprévu

«Un accident est si vite arrivé!» Et jamais ça n’a été aussi vrai!

C’était un beau jour d’été où je me réjouissais justement de constater à quel point ma vie était parfaite. J’avais des amis merveilleux, je travaillais en télé comme j’en avais longtemps rêvé et je venais d’emménager dans un magnifique appart à Montréal avec celui que j’aimais.

Puis en une fraction de seconde, tout a basculé. Un gran-d-tour imprévu. Une voiture me frôle, je perds le contrôle de mon vélo et je finis la tempe sur le coin du trottoir. Résultat : traumatisme crânien léger & 8 mois sans travailler. Mais les conséquences de cet accident ne s’arrêtaient pas là. En fait, sans le savoir, je venais de dire adieu à l’ancienne Véro, parce que tout allait changer.

On ne peut vraiment pas comprendre ce que c’est que d’avoir une maladie du cerveau avant que ça nous arrive. Ce n’est qu’à ce moment qu’on saisi que le cerveau, c’est vraiment l’ordinateur de tout le corps. Dès qu’il cesse de fonctionner normalement, tout déraille.cerveau gran-d-tour Et même les déraillements les plus subtiles rendent fou!

Au départ, on se remet sur pied physiquement avec indication de ne rien faire, VRAIMENT RIEN!  Pas de conversation, pas de cell, pas de télé, pas d’ordinateur, AUCUN STIMULI. Dormir ou fixer le mur. De toute façon, à cette étape, il est impossible de répondre à la plus simple question. Les mots ne semblent plus avoir de signification. C’est le brouillard, en étant conscient qu’on ne comprend plus rien… C’est terrible.

Puis, une immense peur s’installe : celle que plus rien ne soit jamais pareil. On ne réalise jamais à quel point on accomplit beaucoup de choses, mais laissez-moi vous dire que quand on vous enlève tout ce pour quoi vous avez travaillé toute votre vie d’un seul coup, on voit plus que jamais le chemin parcouru.

Ce qui fait le plus peur encore, c’est l’impression de ne plus se reconnaître. Des sautes d’humeurs, des essoufflements, des étourdissements… Le PIRE c’est de se retrouver avec ses meilleures amies et d’avoir à faker des rires parce qu’on est incapable de suivre les conversations. Quand ça arrive, t’as vraiment la chienne que le beau soit derrière toi et que ta personnalité se soit à jamais éclipsée. T’es rendue quelqu’un de beige, sans intensité, éteinte.  ?

trauma-gran-d-tourLes mois passent et tu vas mieux, mais toujours très loin de la personne que tu étais. On te répète sans cesse: LE TEMPS, le temps arrangera les choses. LE FOUTU TEMPS! C’est donc ben long le temps! Et évidemment, personne ne se commet sur une date de fin de calvaire «puisque chaque cerveau réagit complètement différemment». Mais il arrive quoi si mon cerveau à moi ne revient jamais complètement?!?

Un an plus tard, la SAAQ m’ordonne un rendez-vous avec un psychiatre pour évaluer les séquelles à long terme. AHHHHHH, un psychiatre! Coudonc je dois être pire que je croyais!!! C’est pas pour les fous ces affaires-là!?

Finalement, ce fût un des 45 minutes les plus intelligents de ma vie. Je n’ai pas compris tout de suite la portée des mots de ce spécialiste, mais c’est beaucoup plus tard que ça s’est mis à résonner en moi. «Tu es chanceuse d’avoir frappé un mur aussi jeune. Tu vas maintenant pouvoir mieux investir ton énergie. Choisir tes batailles. Au contraire de ce que les gens croient, ce sont les passionnés qui foncent dans tout à 100 000 miles à l’heure qui frappent leur mur en premier.»

Depuis mon accident, je suis différente. Je ne suis plus cette fille fearless qui essaie tout sans y penser. Mais j’ai quelque chose de mieux. Je me suis transformée en une personne qui sait être vulnérable et sensible. Et qui laisse aussi les autres l’être. Tout le monde a ses failles. Lorsqu’on arrête de juger sans savoir et qu’on accepte les autres «imparfaits» comme ils sont, on se sent plus humain. Et je pense qu’il fallait que je tombe sur la tête pour me grailler d’empathie!

lls avaient raison. Le temps a fait son oeuvre et mon cerveau a recommencé à fonctionner normalement. J’ai retrouvé mes habiletés, mon travail, ma vie. Mais j’ai surtout gagné en humanité. #gran-d-tour

 

Véronique Brisson

Vero est réalisatrice et co-fondatrice de GRAN-D-TOUR. Elle travaille encore à temps plein, mais espère un jour être capable de passer ses journées à réaliser des documentaires sur des gens inspirants.

About Véronique Brisson

Vero est réalisatrice et co-fondatrice de GRAN-D-TOUR. Elle travaille encore à temps plein, mais espère un jour être capable de passer ses journées à réaliser des documentaires sur des gens inspirants.

3 Commentaires

  • Annie Boutin dit :

    C’est émouvant de te lire, moi qui te connais un peu. Merci de partager ton expérience Véro! La vie s’occupe de nous transformer de mille et une façons…un accident de vélo, une rencontre, un voyage etc. Continue d’avoir des projets inspirants et surtout continue de rêver!

    Annie B.

  • Lise dit :

    Merci pour ce beau témoignage, cela fait réfléchir. A mes yeux, tu n’ as pas changée. Continue a avoir cette ardeur et de mordre a la vie.
    Que la vie est belle ma cocotte !!!

Laisser un commentaire