Revoir le sens du mot réunion

Catherine Rousseau a travaillé pendant 16 ans chez Bell et on devine rapidement que l’ambitieuse femme y a vite gravi les échelons. Elle parle avec assurance, a l’oeil vif et curieux et son enthousiasme est contagieux. Elle devait être une bonne boss et son titre se résumait certainement à quelques lettres… DR, DG #rires Cela dit, le 31 mars 2015, sans trop savoir ce qu’elle souhaitait faire à la place, elle a décidé de tout laisser derrière et de se donner la chance d’essayer autre chose. Résultat : elle a fondé la boutique Réunion Cuisine et Maison, située à Verdun. 

«Dans les dernières années de ma carrière chez Bell, il fallait continuellement couper et je me retrouvais à licencier 15% à 20% des personnes de mes équipes. J’étais tannée de défaire, j’avais envie de construire. Finalement, un jour, mon poste a aussi été coupé. On m’a proposé un nouveau défi chez Bell, mais j’ai préféré quitter et aller essayer autre chose.»

Quelques semaines plus tard, Philippe Sarrasin, un ami de longue date et propriétaire de la librairie de Verdun (un autre gran-d-tour dont on parlera peut-être un jour!) la contacte pour discuter d’un projet avec elle. Et s’ils fondaient un magasin d’articles de cuisine sur la rue Wellington à Verdun, un quartier qu’elle habite maintenant depuis plusieurs années ? Et si ce commerce devenait l’une des 3 entreprises à se partager un même espace, tendance forte sur le continent européen et qui émerge tranquillement au Québec? Et si on demandait à Zebulon Perron (Buvette chez Simone, Furco, Plan B, Grinder...) d’en faire le design?

GRAN-D-TOUR_RÉUNION

Une idée ambitieuse et stimulante, c’est le projet qu’elle attendait! Elle aime les belles choses et l’art de la table depuis toujours. Il n’en fallait pas plus pour que la gestionnaire se lance dans cette nouvelle aventure.

Et le 31 mai dernier, le mot réunion a pris un nouveau sens. La boutique Réunion Cuisine et Maison ouvrait ses portes et en un été, l’adresse s’est rapidement fait connaitre et ce, bien à l’extérieur des frontières verdunoises (article de La Presse). C’est probablement parce que Catherine connait ses clients et se plait aussi à raconter toute l’histoire derrière les petits artisans des produits qu’elle vend.

«Il y a tellement de belles choses qui se font au Québec! Tellement de richesse à apprendre l’histoire de chacun, à découvrir leurs passions. Quand tu travailles dans une entreprise de 9 à 5, tu penses que c’est ça la vie. Et tu en sors et tu te mets à rencontrer des gens qui vivent différemment, qui créent, qui vivent de leurs passions, et qui sont tellement heureux. En offrant leurs produits dans notre boutique, j’ai l’impression d’avoir une petite place dans le rêve de chacun et j’adore ça!»

Et tous les jours, ces artisans confirment un peu plus le choix qu’elle a fait.

«Ma réflexion sur un potentiel changement de carrière s’était amorcée pendant mes congés de maternité. Je me disais «Wow, c’est ça la vie! Avoir du temps, ne pas courir continuellement…» Mais quand je revenais au travail, j’aimais toujours ce que je faisais et les gens avec qui je travaillais. alors je reprenais le rythme sans problèmes. C’est certain que tu y prends goût à cet excellent salaire, à tes avantages, à une garderie pour tes enfants, etc.»

Mais au bout d’un moment ça ne pouvait plus suffire à la garder en poste.

«Quand l’opportunité de quitter Bell s’est présentée, mon conjoint et moi avons longuement discuté et nous avons décidé de prendre le risque. C’est une décision qui impacte toute la famille alors il fallait vraiment nous assurer qu’on était prêts à vivre ce grand changement. »

«Le lendemain de ma dernière journée de travail, j’ai accompagné mon fils et sa classe au Musée des Beaux Arts de Montréal. C’était une exposition sur Picasso et on y a fait un atelier peinture. Nos oeuvres sont exposées dans l’escalier de la maison. Pour moi, ça signifie notre nouveau choix de vie.»

«Je n’ai pas de regret d’avoir travaillé si longtemps chez Bell. J’y ai appris beaucoup de choses et eu de très belles équipes. Cela dit, je suis vraiment heureuse dans ma vie actuelle. La conciliation travail / famille est plus facile. J’ai plus de flexibilité, même si je travaille souvent 7 jours par semaine. Mes enfants viennent à la boutique avec moi et adorent ça! Ça me rend fière de dire que c’est leur mère l’entrepreneuse!»

«J’ai envie de dire aux gens d’essayer des choses, de ne pas laisser les emplois (trop) stables tuer leur fibre entrepreneuriale. Foncez !»

GRAN-D-TOUR_RÉUNION-2

Julie

Julie a travaillé pendant 10 ans comme cadre marketing dans des compagnies financières du Québec. Un jour, ça ne va plus. Cette vie ne la rend plus heureuse et elle décide de quitter ce milieu pour devenir consultante et fonder GRAN-D-TOUR, une plateforme web qui souhaite inspirer les gens à faire à leur tête et à ne pas hésiter à changer de direction quand ils en ressentent le besoin.

About Julie

Julie a travaillé pendant 10 ans comme cadre marketing dans des compagnies financières du Québec. Un jour, ça ne va plus. Cette vie ne la rend plus heureuse et elle décide de quitter ce milieu pour devenir consultante et fonder GRAN-D-TOUR, une plateforme web qui souhaite inspirer les gens à faire à leur tête et à ne pas hésiter à changer de direction quand ils en ressentent le besoin.

4 Commentaires

Laisser un commentaire