En quête de sens dans sa vie professionnelle

Éternels insatisfaits ou ambitieux-nouveau-genre, telle est la question. Chose certaine, je ne suis pas la seule en quête de sens dans ma vie professionnelle! Que se passe-t’il quand on atteint le niveau voulu, le salaire espéré et le statut vénéré, mais que le sentiment d’insatisfaction persiste?

Si on accordait beaucoup de valeur à l’argent, aux titres et aux possibilités d’avancement plus jeune, la suite semble un peu différente. Non pas qu’on perde l’ambition qui nous définissait, mais celle-ci se transforme. Et quelque chose semble tranquillement émerger : le goût que tout ÇA ait un sens plus grand. Que toutes ces heures, ce stress et cette énergie répondent à une satisfaction plus profonde. Que notre travail nous ressemble, s’accorde à nos valeurs et qu’il devienne en quelque sorte une extension de ce que nous sommes comme personne.

Et c’est souvent là que l’idée du gran-d-tour professionnel se présente.

Du moins, pour moi, c’est là qu’elle est arrivée.

Mais qu’est ce que je vais faire de ma vie?!?

Parce que malheureusement, quand ce genre de questionnement se pointe, tu es souvent rendue bonne dans ta job, tu fais de l’argent et tu as habituellement un rythme de vie auquel tu n’as pas forcément envie de renoncer complètement.

Pour ma part cependant, ça n’a pas été l’argent qui m’a fait le plus peur. On dirait que j’avais la conviction bien naïve que j’arriverais toujours à en trouver. Ce qui me terrifiait c’était plutôt de trouver quelque chose d’autre que je saurais faire. Que je saurais faire bien.

Parce que j’étais programmée pour performer. J’avais l’impression que rien n’avait de sens sans vouloir conquérir le monde par cette performance. Et je ne suis pas spéciale! On est malheureusement plusieurs dans ce bateau et tant que la réflexion tournera autour de ce thème, rien ne bouge réellement.

La seule vraie question que j’ai eue à me poser, c’était : «qu’est ce que j’aime vraiment?» Qu’est ce que j’aime de ma job actuelle? Qu’est ce que j’aime dans la vie? Qu’est ce que j’aime et dont je ne peux pas (plus) me passer?

Ça semble simple, hein?

Ben pas tellement justement. ?

Pour m’aider (!), on me demandait de définir mes passions… Euh… Je pense que je n’en ai pas. Et paradoxalement, toute personne qui me connait me décrit comme quelqu’un de très passionnée… #ilYAQuelqueChoseQuiClocheAvecMoi

J’aime voyager, mais j’aime profondément être chez moi. J’aime rénover, mais je gère mal le stress qui vient avec. J’aime la mode, mais je déteste magasiner. J’aime les musées, mais je peux aussi passer des heures à regarder des idioties à la télé. Je suis ultra sociable, mais je décide régulièrement de passer des samedis soirs avec moi-même parce que j’ai besoin de silence et de paix.

En fait, j’ai toujours eu besoin de plusieurs choses opposées pour trouver mon équilibre. Je suis une généraliste, même dans ma vie privée! C’est officiel, je suis la personne la plus ennuyante au monde!

Alors je pensais que ça compliquerait mon changement de carrière. Jusqu’à temps que je comprenne que ça aussi c’était une idée préconçue que je m’imposais : la carrière n’est pas une seule et même chose. On peut en mener plusieurs de front et chacune n’a pas besoin de d’avoir la même importance. Pas besoin d’atteindre les sommets partout. On peut juste faire quelque chose pour le fun. On peut faire quelque chose qui paie mal. Et surtout, on peut avoir de la difficulté à répondre à la fameuse question « Qu’est ce que tu fais dans la vie? ».

On prend pour acquis que les vedettes peuvent être chanteur, acteur, designer, écrivain, photographe… Il existe même un terme tellement hip et bobo pour ça  : «slasheux» (personne qui a plusieurs professions / sources de revenus)! Mais ça m’a pris du temps à accepter que je pouvais ne pas être célèbre, mais quand même slasheuse! LOL

Encore une limite qui n’existait que dans ma tête. On est toujours notre pire ennemi! (lire le témoignage de Caro et son syndrome de l’imposteur)

Alors aujourd’hui, quand on me demande ce que je fais dans la vie, je réponds différemment selon mon mood. Des jours, je suis principalement consultante marketing. Des jours, je suis surtout co-fondatrice de GRAN-D-TOUR. Et d’autres jours, je suis la fille qui développe un nouveau projet (mais aujourd’hui, je me sens pudique alors je n’en parlerai pas ;-))

Donnons-nous collectivement le droit de ne pas être une seule chose. Faisons évoluer le concept de carrière en le redéfinissant ensemble autour de nos intérêts multiples et non d’un titre, d’un salaire ou d’une promotion.

 

 

Julie

Julie a travaillé pendant 10 ans comme cadre marketing dans des compagnies financières du Québec. Un jour, ça ne va plus. Cette vie ne la rend plus heureuse et elle décide de quitter ce milieu pour devenir consultante et fonder GRAN-D-TOUR, une plateforme web qui souhaite inspirer les gens à faire à leur tête et à ne pas hésiter à changer de direction quand ils en ressentent le besoin.

About Julie

Julie a travaillé pendant 10 ans comme cadre marketing dans des compagnies financières du Québec. Un jour, ça ne va plus. Cette vie ne la rend plus heureuse et elle décide de quitter ce milieu pour devenir consultante et fonder GRAN-D-TOUR, une plateforme web qui souhaite inspirer les gens à faire à leur tête et à ne pas hésiter à changer de direction quand ils en ressentent le besoin.

Laisser un commentaire