Coupure de poste : un gran-d-tour obligé

Mon gran-d-tour, je l’ai vécu un mardi matin. Il faisait beau dehors, et beige dans mon cubicule. Ce n’était pas le plus beau ni le plus spacieux, mais c’était MON cubicule. Et il me convenait. Le hic, c’est que ce n’est pas moi qui ai pris la décision. Et que c’est arrivé comme une tonne de brique : une coupure de poste.

On s’imagine que ça va être comme dans les films, avec la sécurité qui nous traîne par le bras. Dans la version qui ferait bien notre affaire sur le coup. Pour avoir quelque chose contre quoi rager, pour pouvoir leur en vouloir.

Sauf que (heureusement!) ça ne s’est pas du tout passé comme ça dans la vraie vie. Tout a été fait selon les règles de l’art, humainement. Un patron compréhensif et empathique, qui m’apprend que mon poste (et pas moi personnellement!) a été coupé, qui est vraiment désolé (et à qui je n’en veux pas!). On m’a bien expliqué la situation. Restructuration, postes coupés, tu n’es pas la seule (en effet, plusieurs collègues ont vécu la même chose que moi), ne le prends pas personnel, etc. Je comprends tout ça. Malgré tout, une mise à pied, dans un contexte de restructuration majeure et de mises à pied massives, c’est dur, et c’est sans appel.

«Tu vas voir, tu vas passer par différentes émotions, c’est normal», m’a dit le monsieur engagé pour s’assurer que j’encaisse la chose “normalement”. Eh bien, le monsieur, il avait raison. D’un jour à l’autre, et même parfois d’une heure à l’autre, on se croît un échec flagrant, puis on a la vie devant soi. On se dit qu’on a sûrement fait quelque chose de pas correct, puis on plane avec bonheur sur mille nouveaux projets, puis on a envie de passer notre vie en jogging gris en petite boule dans une pièce sombre. Vous voyez le topo?

Là, la grande, me dis-je, tu as 2 questions à te poser :

  • Est-ce que je peux empêcher ma mise à pied? Non (J’avoue avoir posé la question… Une fille s’essaye!) Je n’ai pas entretenu de hargne face à la situation, ou à mon boss. Ça n’aurait pas été justifié, et ça aurait donné quoi de toute façon? Et surtout, ce n’est pas du tout dans ma personnalité. Je ne dis pas que je l’ai pris avec le sourire, mais qu’est-ce que ça aurait changé d’en vouloir à la Terre entière? Chers ex-collègues et patrons, quand je vous ai croisés peu de temps après et que je vous ai dit que j’allais bien, c’était vrai. Tout n’allais pas comme je voulais, comme je l’avais prévu, mais j’allais bien.
  • Rendu là, est-ce que je peux décider de faire le meilleur avec la situation qui m’est donnée? Certain! Ma conclusion de mi-parcours fut donc “Ok ce n’était pas prévu, mais quelle belle occasion de faire le bilan.” Et ainsi fis-je (Ouf! Belle utilisation du passé simple.) J’ai fait de la recherche (sur moi-même, sur les différents domaines des communications-marketing, même dans des domaines complètement éloignés). J’en ai conclu que j’aimais toujours le marketing, mais que j’étais dûe pour une bonne mise à jour. Mon rôle me demandant de me concentrer dans des médias plus traditionnels au cours des dernières années, je ne m’étais pas assez consacrée à l’approche numérique. J’avais fait connaissance avec le SEO, les landing pages, le CRM, mais sans plonger complètement. Sur les conseils de mes proches et suivant mes intérêts, j’ai fait plus amples connaissances avec le marketing de contenu. Ah la révélation! Voilà la réponse! C’est comme moi, en mieux!

Suite à ma grande découverte, je participe à des formations sur le marketing de contenu, des conférences et des événements de réseautage. Je rencontre plein de gens intéressants, j’apprends des tonnes de nouvelles choses. Pas de doute, mon Gran-d-tour m’a pris de court, mais j’en ai fait mon projet. J’ai maintenant un objectif et je prends les moyens d’y arriver. Bon, je n’irais quand même pas jusqu’à dire merci pour le licenciement (il y a quand même des limites à être maso!), mais d’une certaine façon, je suis reconnaissante d’avoir eu l’occasion de me questionner. Et surtout d’avoir trouvé une réponse!!! Alors à tous ceux qui ont osé me dire “Tu vas voir, y’arrive jamais rien pour rien”, “Y’é jamais trop tard pour bien faire.” ou “C’est un signe que la vie t’envoie.”, ben vous saurez que… vous aviez un peu raison 😉

 

 

 

 

 

 

About Collabo ponctuel

One Comment

  • Murielle dit :

    Bravo ma belle Amélie….!!! Pour nous aussi ça été un choc d’apprendre ta coupure de poste. Mais je suis heureuse de constater que tout n’est pas terminé et qu’il y a quelque chose de plus beau encore après…. Personne n’est à l’abris, qui sera le prochain? Mais avec un tel témoignage, tu transmets la force et l’espoir!
    Keep going Girl!!!!!?✨?

    Murielle xox

Laisser un commentaire