Copenhague + sports + voyages = le gran-D-tour d’Ève

«C’est à 30 ans que tout a basculé. On dirait que je ne voyais plus les choses de la même façon, que je n’avais plus envie de vivre comme je l’avais fait jusqu’à maintenant. » Et c’est là qu’Ève a décidé de quitter son emploi en agence. Fini la compétition, la recherche de promotions, les heures de fou. Elle déménagera bientôt à Copenhague, mais prendra d’abord un contrat pour le Cirque du Soleil, tout en  commençant tranquillement un projet qui allie 2 de ses passions, le sport et le voyage, en fondant le site worldsportsbuddies.com.

Ce site permet aux voyageurs de rencontrer des sportifs à travers le monde et d’ainsi accéder à des endroits généralement méconnus des touristes pour faire du sport.

«L’idée c’est de permettre aux gens de rencontrer des locaux autour de sport souvent difficile à pratiquer en voyage. Ça garde les gens actifs tout en permettant une expérience de voyage plus authentique.»

Les 3 fondateurs sont tous des sportifs voyageurs. Il y a un gars maintenant à Toronto, l’autre à Paris et Ève à Copenhague, ainsi qu’une communauté de fidèles utilisateurs… dont je ferai partie dès mon prochain voyage!

Mais revenons à Ève. Une fois son contrat pour le Cirque du Soleil terminé, elle décide de partir en Europe.

«Je tournais en rond et je savais que je voulais voyager. Quand un de mes amis s’est inscrit pour un master en Suède, je l’enviais tellement d’aller en Scandinavie. C’est lorsqu’il m’a dit tout simplement que ça prenait qu’un billet d’avion pour s’y rendre. J’ai donc acheté un aller- simple pour Copenhague. Et J’ai réalisé un rêve en m’inscrivant aux demi-marathons de Copenhague et Amsterdam. J’avais l’appel de la course à l’étranger. »

Au bout de 3 mois en Europe, elle est obligée de revenir comme les Canadiens ne peuvent rester que 90 jours sans visa. Elle n’a qu’une seule idée : repartir! Le Cirque du Soleil lui offre pourtant un poste à temps plein, mais l’appel du large et de Copenhague est plus fort.

Laissant tout derrière, elle applique pour le visa Vacances/Travail pour 1 an. Celui-ci lui permet d’avoir accès à toute l’Europe, d’être employable et même d’avoir accès à des cours de danois, ce qu’elle avait, croyez-le ou non, déjà entrepris!

«J’étais tellement passionnée par le Danemark que j’avais déjà pris des cours de danois sur Youtube. C’est pas très commun de parler danois, mais j’étais vraiment attiré vers ce pays!» #rires (Si certains d’entre vous sont tentés, on vous a déniché ceci ;-)!)

Et elle repart. Retrouve ses amours danoises.

gran-d-tour-coeur

«Je me suis assez rapidement trouvé un travail dans un magasin de produits chics français. Sauf qu’au bout d’un an, j’étais encore une fois kick out…»

Quelques options sont possibles, mais elles sont toutes incertaines et surtout, longues et fastidieuses. Ève hésite. Et 2 semaines avant son départ, les étoiles s’alignent : son patron la promeut Manager. Si elle ressort du pays, elle pourra y revenir pour de bon, grâce à cet emploi. Et continuer à mettre de l’énergie sur worldsportsbuddies.com, un projet duquel elle espère un jour vivre, mais avec lequel elle ne se stress pas non plus.

«Je suis bien. Tout devient tellement simple quand on est en consonance avec soi-même. On a tellement plus d’énergie, tout s’enchaine naturellement on dirait.»

«La vie est tellement facile ici. Les Danois ont le secret du bonheur et je pense avoir trouvé pourquoi : ils ne se comparent pas. Ils sont tellement humbles et ne se pensent pas meilleurs que personne. Tout se fait dans le respect de l’autre, sans jamais s’engueuler. Ça m’apporte un calme, une sérénité.»

gran-d-tour-amis

«Le seul point négatif c’est que je m’ennuie de mes amis. Surtout quand j’ai juste envie de chialer et d’être rassurée. Tu t’écris et tu t’appelles, mais des fois, t’aurais juste envie d’un 5 à 7 qui s’étire et se termine par un souper.»

Et la famille?

«Ma sœur habite au Maroc depuis 9 ans. On se donne rendez-vous à Paris ou Marrakech. Et mes parents m’ont juste dit : «Bon, une autre qui s’en va explorer le monde!» Ils sont contents que je sois heureuse, c’est tout.»

«Je n’ai jamais considéré revenir, jamais même questionné ma décision. Et c’est comme si les gens ne comprenaient pas… Comme si c’était impossible que je ne veuille pas revenir au Québec… Et pourtant, je trouve que c’est la meilleure vie au monde ici!»

Conseil pour qui songe faire un gran-d-tour en changeant de pays?

«N’essaie pas de tout planifier. Juste d’avoir les grandes lignes d’un plan. Et après, crée toi- un réseau. Facebook, meet-up, Start-up travels sont bons pour ça. Habituellement à l’étranger, tu rencontres des gens de partout dans le monde qui ont tenté une nouvelle vie abroad, ensuite tu t’associes avec des gens qui parlent la même langue que toi. Et tranquillement pas vite, tu te retrouves invitée à un BBQ où tu es la seule étrangère et tu es contente parce que tout est en danois et tu as le sentiment de faire partie des locaux.»

Julie

Julie a travaillé pendant 10 ans comme cadre marketing dans des compagnies financières du Québec. Un jour, ça ne va plus. Cette vie ne la rend plus heureuse et elle décide de quitter ce milieu pour devenir consultante et fonder GRAN-D-TOUR, une plateforme web qui souhaite inspirer les gens à faire à leur tête et à ne pas hésiter à changer de direction quand ils en ressentent le besoin.

About Julie

Julie a travaillé pendant 10 ans comme cadre marketing dans des compagnies financières du Québec. Un jour, ça ne va plus. Cette vie ne la rend plus heureuse et elle décide de quitter ce milieu pour devenir consultante et fonder GRAN-D-TOUR, une plateforme web qui souhaite inspirer les gens à faire à leur tête et à ne pas hésiter à changer de direction quand ils en ressentent le besoin.

Laisser un commentaire