De coiffeur à trapéziste pour le Cirque du Soleil

Guillaume s’en souvient encore : le déclic s’est passé lorsqu’il était en coulisses du spectacle Délirium du Cirque du Soleil. Alors coiffeur, il faisait partie de l’équipe de conception des perruques des artistes. Et c’est là qu’il a vu cet équilibriste et qu’il s’est dit que c’était ÇA. Il avait envie de faire partie d’une troupe de cirque! 

Il a 21 ans et pourtant, sa carrière de coiffeur était florissante. Guillaume a suivi son cours et s’est vite imposé dans le milieu. Il travaille dans un salon in, avec des vedettes, en plus d’être en charge de  grosses productions comme Notre-Dame-de-Paris, Dracula, etc.  Rien de l’extérieur ne laisse croire  qu’il ne soit pas à la bonne place, au contraire! Mais pour le principal intéressé, c’était tout autre : il s’ennuie. Quand on a l’impression d’avoir atteint le sommet de sa carrière à 21 ans, ça peut effectivement faire peur.

«J’avais l’impression d’avoir rapidement réussi à m’imposer dans le domaine et je trouvais que le travail devenait de plus en plus répétitif… J’étais de moins en moins motivé… Mais quand j’ai vu cet équilibriste, j’ai comme eu un appel et j’ai décidé de tenter ma chance et de faire les auditions pour l’École de cirque

Et il est accepté. Sans n’avoir jamais fait de gymnastique ou quelconque discipline liée de près ou de loin au cirque. #meantToBe

«Il faut dire que la génétique était là. C’est drôle parce que peu de temps après mon admission, on s’est retrouvé à faire un concours de splits dans un party de Noël à la maison et mes 2 parents étaient presqu’aussi bon que moi!»

Depuis 2009, Guillaume est donc un athlète qui parcours le monde, vivant de contrat en contrat sur divers spectacles. Il est actuellement à New York, sur le show Paramour du Cirque du Soleil.

«Faire ce qu’on aime ça n’a pas de prix. C’est la plus grosse décision de ma vie, mais c’était aussi le meilleur move. J’ai hâte d’aller travailler maintenant. À la fin quand j’étais coiffeur, je pleurais tellement je n’avais pas envie d’y aller!»

«Ce que j’aime avec le cirque c’est que c’est toujours différent. J’apprends continuellement. Je me dépasse.»

Et comment on annonce ça à ses parents qu’on souhaite devenir artiste de cirque à 21 ans?

«Mes parents n’étaient pas très chauds à l’idée. Surtout qu’ils avaient beaucoup douté de mon choix pour la coiffure et qu’ils voyaient que je commençais tranquillement à être reconnu dans le milieu. Ils comprenaient mal pourquoi je voulais tout lâcher pour changer de métier. Mais maintenant ils sont TRÈS FIERS de leur fils trapéziste qui fait le tour du monde! » #rires

Et comment on anticipe le fait de vieillir quand on a besoin de son corps pour travailler?

«L’avenir ne me fait pas peur. J’ai plein de projets! Quand je ne pourrai plus être trapéziste – ou que je n’en aurai plus envie – je veux produire un spectacle que j’aurais écrit. Et surtout, je travaille actuellement à monter un OBNL destiné aux artistes de cirque.» 3t9a5682

«Malheureusement, les artistes sont formés à Montréal, mais tous doivent ensuite s’expatrier pour vivre. C’est triste quand Montréal est connue comme une capitale du cirque!»

Monastère, l’OBNL en question, sera donc là pour soutenir la relève, lui permettre  de se faire des cartes de visite, créer des spectacles locaux et abordables et faire connaître le cirque au plus grand nombre possible.

«L’idée c’est de faire tourner la roue. Pour un athlète, c’est difficile de trouver ne serait-ce qu’un endroit où il peut performer pour faire des photos et des vidéos de ce qu’il est capable de faire. Et ces éléments sont essentiels pour trouver du travail!»

«J’aimerais aussi créer des spectacles dans les bars  pour  démocratiser le cirque. En Allemagne, il y a beaucoup de cabarets avec des artistes qui performent pendant que les gens viennent prendre un verre. C’est quelque chose qui est relativement simple à mettre en place et qui pourrait même permettre aux régions d’avoir aussi accès à des spectacles de cirque.» 

Comme quoi un #gran_d_tour en entraîne un autre!

En terminant, pour ceux d’entre vous qui auraient des malaises face aux changements et aux situations incertaines, je vous laisse sur le portrait de la situation de Guillaume, votre vie vous semblera d’une stabilité inégalée!

  • Originaire de Beauce
  • Ex-Profession : coiffeur
  • Professions actuelles : Trapéziste à NYC pour le Cirque du Soleil et fondateur de Monastère, OBNL (Montréal)
  • Lieu de résidence : Entre Montréal, New York et Barcelone (son copain étant espagnol)
  • Sa philosophie : Follow the flow! (Et ça lui réussit pas mal bien! ;-))

Crédit photo : Caroline Thibault

Julie

Julie a travaillé pendant 10 ans comme cadre marketing dans des compagnies financières du Québec. Un jour, ça ne va plus. Cette vie ne la rend plus heureuse et elle décide de quitter ce milieu pour devenir consultante et fonder GRAN-D-TOUR, une plateforme web qui souhaite inspirer les gens à faire à leur tête et à ne pas hésiter à changer de direction quand ils en ressentent le besoin.

About Julie

Julie a travaillé pendant 10 ans comme cadre marketing dans des compagnies financières du Québec. Un jour, ça ne va plus. Cette vie ne la rend plus heureuse et elle décide de quitter ce milieu pour devenir consultante et fonder GRAN-D-TOUR, une plateforme web qui souhaite inspirer les gens à faire à leur tête et à ne pas hésiter à changer de direction quand ils en ressentent le besoin.

Laisser un commentaire