Les collègues : un peu, beaucoup, passionnément, pas du tout?

Ah les collègues! Il y en a qui ajoutent du soleil à nos journées, mais d’autres qui y mettent du gris; certains avec qui on va prendre un verre et d’autres pour qui on prend de grandes respirations. Préfèrerais-tu travailler seul ou au contraire, une chance que tes collègues sont là sinon tu serais parti depuis longtemps? Ou tu sens-tu plutôt isolé, sans collègues sur qui bitcher ou t’appuyer?

Cas de figure 1 – Travail > collègues 

Tu n’y peux rien, il y a en a un ou plusieurs que tu ne supportes pas. Sur quoi as-tu du pouvoir? Tu réaliseras sûrement que c’est sur ta façon de voir les choses et sur ta façon d’être avec les autres. Ensuite, demande-toi comment améliorer la situation! Essaie différentes stratégies qui relèveront de TOI! Fort à parier que la situation deviendra plus agréable. Et si, malgré tout, rien ne change, lâche prise. Il y aura toujours des gens qui ne seront pas comme on le souhaiterait et c’est la vie. On se concentre sur ce qu’on PEUT changer! Le reste est une perte d’énergie, surtout si tu aimes ton travail et que tu y tiens.

Cas de figure 2 – Collègues > Travail

Tu adores tes collègues, mais ton travail ne te passionne plus? Tu es loin d’être seul! « 50% des canadiens veulent changer d’emploi » ¹ et « pas moins de 52 % […] ont identifié les collègues comme principal facteur d’appréciation du travail » ². Alors, profite de cette situation harmonieuse au travail pour consacrez de l’énergie à te questionner réellement sur ton avenir professionnel. Personne ne te demande d’être parfait (à part toi peut-être ?)! Tu as le droit de douter, de te tromper, de vivre des moments de découragements. Cette sincère collaboration au vivre-ensemble contribuera assurément à ton bonheur (et à celui des autres en plus). Le concept de « donner au suivant », ça te dit quelque chose?

Cas de figure 3 – 0 collègue?  

Tu penses à devenir travailleur autonome et te dis que tu pourrais t’ennuyer d’avoir des collègues? C’est certain que tu auras besoin de partager ton expérience et chercheras des gens avec lesquels collaborer. Ça tombe bien, les espaces de cotravail sont en expansion au Québec comme ailleurs dans le monde! Dans ces endroits, tu peux louer un espace partagé de travail et différents moyens sont employés pour faciliter le réseautage. Clique ici pour retrouver une cinquantaine de ce type d’espace répartis sur toute la province.

Tu peux aussi trouver une multitude de cafés offrant wi-fi, prise de courant, ravitaillements et ambiance agréable. Suffit de chercher! Vas-y seul et profite du fait d’être entouré des autres. Ou vas-y avec un(e) ami(e) qui développe aussi son propre projet. Déjà, à deux, vous profiterez d’énergie supplémentaire. L’idée c’est de se créer des collègues, un réseau, même le temps d’une seule journée.

Bonne adresse : Si tu cherches un spot à Montréal, j’en ai un à te proposer : le café GAB sur St-Laurent. Pour 2,50$ l’heure, on te laisse utiliser les lieux, tu peux même apporter ton lunch en plus de te servir du wi-fi, du scanner, de l’imprimante… À essayer!

En terminant, souviens-toi de 3 choses :

1. Commence par te connaître. Peu importe l’attitude qu’on a face à nos collègues, ça revient quand même au fait qu’on est une équipe. Et comme le sport, il faut réaliser qu’on travaille tous dans un but commun et que les forces individuelles additionnées améliorent les performances du groupe. Est-ce que tu te connais bien?  Test ici : Es-tu bleu, rouge, jaune ou vert?

2. Contribue à la société. Et au travail, ça passe aussi par des rapports harmonieux avec les collègues. Que l’on soit sur son X ou pas, notre façon d’être avec les autres nous définit tout autant, sinon plus, que ce qu’on perçoit de soi-même par rapport à son ambition. Les études récentes démontrent que le bonheur est entre autres « reflété […] par une performance élevée dans une activité importante pour la personne et par une contribution à la société.» Léa Bragoli-Barzan et Robert J. Vallerand (2017, 26 sept.). « Bonheur et engagement : Le rôle de la passion dans le fonctionnement optimal en société ». Revue québécoise de psychologie. 

3. Fais le meilleur mixte possible entre le 1 et le 2. Après tout, on est tous des êtres humains qui cherche à se réaliser et à être heureux. Et pour reprendre la maxime préférée de Mathieu Ricard, auteur de plusieurs ouvrages dont « Plaidoyer pour le bonheur »: BE GOOD, DO GOOD (Soyez bons, agissez bien). Pas besoin de devenir un moine bouddhiste là, mais pourquoi pas chercher à être une meilleure version de soi! ?


¹ Catherine Delisle. « Êtes-vous de ceux qui souhaitent changer d’emploi? ». Le Quotidien.

² « Satisfaction au travail : les collègues avant l’argent ». Jobboom. 

Sabrina Houle

Sabrina travaille comme représentante en édition scolaire depuis 10 ans et prend un virage pour utiliser davantage sa voix. Écriture, podcast, radio, narration et musique sont les moyens qu’elle utilise pour partager son expérience et accompagner les gens. Elle contribue à GRAN-D-TOUR en s’exprimant sur les différents thèmes, vous permettant de ne pas vous sentir seul(e) à vivre un changement et de voir la vie plus simplement, plus harmonieusement.

About Sabrina Houle

Sabrina travaille comme représentante en édition scolaire depuis 10 ans et prend un virage pour utiliser davantage sa voix. Écriture, podcast, radio, narration et musique sont les moyens qu’elle utilise pour partager son expérience et accompagner les gens. Elle contribue à GRAN-D-TOUR en s’exprimant sur les différents thèmes, vous permettant de ne pas vous sentir seul(e) à vivre un changement et de voir la vie plus simplement, plus harmonieusement.

Laisser un commentaire